Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Memory 27

Le blog de Memory 27

Ce blog est dédié au patrimoine et à la mémoire. Mémoire des pierres, mémoire des hommes. Nous sommes tous potentiellement des "passeurs de mémoire".

Publié le par Memory 27

Le Meusien Pierre Lenhard a retrouvé le premier soldat français tué pendant la Guerre 14-18. Il a été atteint par une balle… amie.

Les historiens se penchent depuis des années sur ce sujet : qui fut le premier mort de la Grande Guerre ? On a ainsi recensé plusieurs victimes de ces premiers jours de guerre :

Le caporal Peugeot tué le 2 août 1914 et inhumé dans le cimetière d’Etupes dans le Doubs. Mais c’était avant la déclaration de guerre.

Fortuné Emile Pouget le 4 août à Vittonville en Meurthe et Moselle et enterré à Pont-à-Mousson.

Le sous-lieutenant Paul Honoré le 6 août, lui aussi enterré à Pont-à-Mousson.

Mais c’est sans compter sur Pierre Lenhard, féru d’histoire et guide indépendant sur le champ de bataille de Verdun.

Il se confie à Frédéric Plancard, journaliste à l’Est Républicain : « Il y a quelques semaines je travaillais sur la bataille de Mangiennes qui est la première bataille de la guerre 14-18 sur le sol français. Elle a eu lieu le 10 août 1914 ». Dans l’historique du 91ème d’Infanterie il tombe sur une mention à la date du 4 août 1914. Le texte indique l’arrivée, de Delut (55) dans le canton de Damvillers en automobile, de M. Ferry, élève de Saint-Maixent promu sous-lieutenant et affecté à la 10ème compagnie. Jusque-là rien d’anormal. L’officier, a débarqué soit à la gare de Verdun, soit à celle de Montmédy et une voiture est venue le chercher dans la nuit. Mais le conducteur, le soldat Georges Bigard du 165ème RI arrive à un barrage. Il continue à avancer malgré quatre sommations de la sentinelle qui ouvre le feu et tue le conducteur qui est en fait victime d’une balle amie. Le même jour, l’état-major du 2ème Corps donne l’ordre de laisser arriver les automobiles aux barrages sans tirer.

Les recherches de Pierre Lenhard ne s’arrêtent pas là. La fiche « Mémoire des Hommes » mentionne que ce soldat est mort à l’hôpital de Sedan, annexe de Montmédy. L’acte de décès de Georges Bigard est pourtant conservé dans l’état-civil de cette dernière ville. On y apprend l’heure de sa mort : 3 h 40.

Déclaré Mort pour la France, la tombe du soldat Bigard, né à Verneuil-sur-Avre dans l’Eure, est introuvable. Mais il semble donc bien qu’il soit le premier mort du Premier Conflit mondial.

A la demande de Pierre Lenhard, quelques recherches aux archives départementales ont permis de retrouver l’acte de naissance de Georges Ferdinand Bigard. Il était né à Verneuil le 4 avril 1880 d’Ambroise Emile Ferdinand Bigard et de Georgina Blandine Rousselin, mariés à Cintray (Eure) le 28 février 1885 et domiciliés rue Gambetta à Verneuil-sur-Avre.

Son nom est gravé à Verneuil sur le monument aux morts de la place de la Victoire (dû au sculpteur Henri Bouchard), ainsi que sur le monument de l’église Notre-Dame illustré par cet émouvant tableau de Desvallières, "le Drapeau du Sacré-Coeur".

Nous saluons ici la mémoire de cet enfant de Verneuil.

Le premier mort de la Grande Guerre est vernolien

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog