Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Memory 27

Le blog de Memory 27

Ce blog est dédié au patrimoine et à la mémoire. Mémoire des pierres, mémoire des hommes. Nous sommes tous potentiellement des "passeurs de mémoire".

Publié le par Memory 27

Le Meusien Pierre Lenhard a retrouvé le premier soldat français tué pendant la Guerre 14-18. Il a été atteint par une balle… amie.

Les historiens se penchent depuis des années sur ce sujet : qui fut le premier mort de la Grande Guerre ? On a ainsi recensé plusieurs victimes de ces premiers jours de guerre :

Le caporal Peugeot tué le 2 août 1914 et inhumé dans le cimetière d’Etupes dans le Doubs. Mais c’était avant la déclaration de guerre.

Fortuné Emile Pouget le 4 août à Vittonville en Meurthe et Moselle et enterré à Pont-à-Mousson.

Le sous-lieutenant Paul Honoré le 6 août, lui aussi enterré à Pont-à-Mousson.

Mais c’est sans compter sur Pierre Lenhard, féru d’histoire et guide indépendant sur le champ de bataille de Verdun.

Il se confie à Frédéric Plancard, journaliste à l’Est Républicain : « Il y a quelques semaines je travaillais sur la bataille de Mangiennes qui est la première bataille de la guerre 14-18 sur le sol français. Elle a eu lieu le 10 août 1914 ». Dans l’historique du 91ème d’Infanterie il tombe sur une mention à la date du 4 août 1914. Le texte indique l’arrivée, de Delut (55) dans le canton de Damvillers en automobile, de M. Ferry, élève de Saint-Maixent promu sous-lieutenant et affecté à la 10ème compagnie. Jusque-là rien d’anormal. L’officier, a débarqué soit à la gare de Verdun, soit à celle de Montmédy et une voiture est venue le chercher dans la nuit. Mais le conducteur, le soldat Georges Bigard du 165ème RI arrive à un barrage. Il continue à avancer malgré quatre sommations de la sentinelle qui ouvre le feu et tue le conducteur qui est en fait victime d’une balle amie. Le même jour, l’état-major du 2ème Corps donne l’ordre de laisser arriver les automobiles aux barrages sans tirer.

Les recherches de Pierre Lenhard ne s’arrêtent pas là. La fiche « Mémoire des Hommes » mentionne que ce soldat est mort à l’hôpital de Sedan, annexe de Montmédy. L’acte de décès de Georges Bigard est pourtant conservé dans l’état-civil de cette dernière ville. On y apprend l’heure de sa mort : 3 h 40.

Déclaré Mort pour la France, la tombe du soldat Bigard, né à Verneuil-sur-Avre dans l’Eure, est introuvable. Mais il semble donc bien qu’il soit le premier mort du Premier Conflit mondial.

A la demande de Pierre Lenhard, quelques recherches aux archives départementales ont permis de retrouver l’acte de naissance de Georges Ferdinand Bigard. Il était né à Verneuil le 4 avril 1880 d’Ambroise Emile Ferdinand Bigard et de Georgina Blandine Rousselin, mariés à Cintray (Eure) le 28 février 1885 et domiciliés rue Gambetta à Verneuil-sur-Avre.

Son nom est gravé à Verneuil sur le monument aux morts de la place de la Victoire (dû au sculpteur Henri Bouchard), ainsi que sur le monument de l’église Notre-Dame illustré par cet émouvant tableau de Desvallières, "le Drapeau du Sacré-Coeur".

Nous saluons ici la mémoire de cet enfant de Verneuil.

Le premier mort de la Grande Guerre est vernolien

Voir les commentaires

Publié le par Memory 27
Publié dans : #Patrimoine

Aide aux propriétaires privés d’édifices non protégés :

Sauvegarde du patrimoine vernolien

La Fondation du Patrimoine et la Ville de Verneuil-sur-Avre ont décidé de monter un partenariat visant à accompagner les propriétaires privés dans leurs démarches de sauvegarde du patrimoine. L’objectif est de mettre en œuvre une aide fiscale afin d’encourager la restauration du patrimoine bâti de qualité non protégé situé en ZPPAUP et visible de la voie publique. Pour ce faire une convention a été signée entre la ville de Verneuil et la Fondation du Patrimoine le 25 novembre 2013.

Créée par la loi du 2 juillet 1996, la Fondation du Patrimoine est un organisme privé indépendant à but non lucratif. Reconnue d’utilité publique par le décret du 18 avril 1997, elle est aussi le seul organisme habilité par le Ministère de l’Économie et des Finances à octroyer un label permettant aux particuliers une déduction fiscale de leur montant de travaux. Grâce au Label de la Fondation du Patrimoine, chaque particulier peut déduire 50% ou 100% du montant des travaux, à conditions que ceux-ci visent à conserver l’édifice dans son état d’origine. Traditionnellement réservé au patrimoine rural, le label accompagne aussi la restauration des édifices privés des centres-villes dès lors que ceux-ci s’inscrivent dans une zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP) et ont un intérêt patrimonial. Cette zone correspond pour Verneuil à la partie située à l’intérieur des fossés de la ville.

Les bâtiments doivent répondre à plusieurs critères :

- intérêt patrimonial du bâtiment ;

- qualité du projet de restauration

- visibilité de l’essentiel de l’immeuble depuis la voie publique (sans obligation de visite).

La demande de label doit être faite avant tous travaux.

Renseignements à la mairie de Verneuil ou sur le site www.fondation-patrimoine.org

Voir les commentaires

Publié le par Memory 27
Publié dans : #Patrimoine
LA FONDATION DU PATRIMOINE

Aide au patrimoine public ou associatif pour lesquels deux moyens d’action sont privilégiés :

• La mobilisation du mécénat d’entreprise au profit d’opérations de restauration proposées par la Fondation : grâce à des accords pluriannuels intervenus avec des grands groupes de nombreux projets ont pu être financés par la Fondation. De plus en plus de PME, par l’intermédiaire de clubs de mécènes, apportent également leur contribution à la mise en œuvre de projets.

• Dans le même temps, l’organisation par la Fondation de souscriptions publiques permet de susciter et d’encourager le mécénat populaire en faveur de projets de sauvegarde, dans le cadre d’une convention conclue avec le maître d’ouvrage.
La Fondation attribue en outre des subventions, prélevées sur ses fonds propres, aux collectivités et associations qui sont parvenues à susciter un engouement populaire exemplaire autour de leur projet.

Cela a été le cas en 2011 à Verneuil-sur-Avre pour le Grand Orgue de Sainte-Madeleine.

Actuellement une souscription est ouverte pour la restauration de l’église Saint-Martin d’Armentières-sur-Avre.

La construction de cette première église romane date du XIème-XIIème siècle. Au XVème siècle, elle a été agrandie avec la création de la nef gothique. C’est à cette époque que l’ancienne porte de l’église va être remplacée par un grand arc triomphal marquant la frontière entre la nef et le chœur.

En 1940 l’église est endommagée pendant le bombardement aérien. Partiellement reconstruite des travaux de maçonnerie, de couverture et de charpente du clocher sont encore à venir.

Il a fallu d’urgence étayer le beffroi à l’intérieur ainsi que le mur pignon qui risquait d’être emporté par le poids du clocher. Les travaux envisagés dans un premier temps concernent la restauration de la charpente du clocher fortement endommagée par les infiltrations d’eau. La couverture devra elle aussi subir une réfection afin de pallier aux problèmes d’infiltration.

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog