Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Memory 27

Le blog de Memory 27

Ce blog est dédié au patrimoine et à la mémoire. Mémoire des pierres, mémoire des hommes. Nous sommes tous potentiellement des "passeurs de mémoire".

Publié le par Memory 27

Le cimetière de Verneuil est situé hors les murs de la ville ancienne, près de la Gueule d'Enfer. Etait-ce le cimetière de l’église Notre-Dame située à seulement 200 mètres ? On ne peut le dire mais la logique voudrait que ce dernier fût déplacé durant la Révolution comme les autres cimetières de la ville et principalement celui de l'église Sainte-Madeleine. Si le cimetière date de la Révolution, la porte d’entrée au cimetière et la croix hosannière sont bien antérieures puisque attribuées au début du 16ème siècle.

La porte d’entrée du vieux cimetière

Elle est formée par un cintre surbaissé retombant sur des pieds-droits terminés par une pyramide à crochets ; les niches des pieds-droits, sous les pyramides, ont été dépouillées de leurs statues ; une vieille porte en fer, à deux battants en forme de herse, avec son ancienne ferrure, en défend l’entrée. Roland Fornari, émet l’hypothèse que les grilles de la porte pourraient avoir été rapportées postérieurement à leur fabrication qui pourrait dater du 14ème ou 15ème siècle.

La Croix hosannière

Elle est formée d’une colonne triangulaire en grès de deux mètres de hauteur et surmontée d’une croix en fer. La colonne est remarquable. Nous découvrons en alternance un grès blanc en pied, puis un grès jaune, un autre grès blanc et un grès jaune au sommet. Les joints rendus apparents sont faits d’un mortier de terre cuite pilée et de petits silex de blocage. Elle présente les caractères typiques du début du 16ème siècle comme en atteste l’inscription figurant en frise sur le bloc supérieur mentionnant l'année 1529 : "L’AN M.D.XXIX JE FUST CY MISE TOUT DE NEUF, PRIEZ POUR CEULX QUI M’ONT FAICT FAIRE & POUR LOEURS AMIS TRESPASSES. QUE DIEU LEUR FACE PARDON". Les deux blocs suivants sont ornés d’ogives dont l’extrados surbaissé est garni de fleurons. Enfin le bloc inférieur présente des lièvres sculptés ainsi que des raisins. C’est un motif purement médiéval souvent associé au monde souterrain. On dit aussi que les lièvres associés au raisin représentent les âmes admises au paradis pour y savourer les fruits de la vie éternelle.

Une croix en fer forgé coiffe le tout.

La croix est accompagnée de deux ambons en grès monolithe. Ils étaient utilisés aux Rameaux pour la lecture ou le chant de l’épître et de l’Evangile.

Comme pour la porte, il est à supposer que la croix appartenait autrefois au cimetière d’une des églises de Verneuil, fort probablement à celui de l’église Sainte-Madeleine si l’on prend en compte l’Atlas Trudaine (1737) indiquant une telle croix proche de son chevet.

De nombreux historiens du 19ème siècle ont signalé ces deux monuments.

Sources

- E. Deslandres, Promenade archéologique à Verneuil-sur-Avre, avec plan et trois héliogravures, Verneuil, 1909 – AD Evreux 3 F 228

- Notice historique sur Verneuil, Paris, Imprimerie de J. Claye, 1869 – Reproduction de l’étude historique sur Verneuil publiée en 1856 dans l’annuaire du comice agricole par M. Bernard – Fond ancien Evreux.

- Musée des familles, (PG 671), 1861, p. 353-354 – AD Evreux

Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil
Le « vieux cimetière » de Verneuil

Voir les commentaires

Publié le par Memory 27
Trésor de la Renaissance - L’église de Tillières-sur-Avre

Michel de Buffières – Jean-Jacques Delarue

Livre d’art autant que d’Histoire, Trésor de la Renaissance - L’église de Tillières-sur-Avre est une invitation à découvrir ou à mieux connaître, comme dans une visite guidée, l’architecture et les décorations de l’église Saint-Hilaire : la longue nef romane, le collatéral gothique, le chœur Renaissance et sa chapelle attenante.

Surplombant des bas-reliefs qui véhiculent un mystérieux message politico-religieux à la veille des guerres de religion, de magnifiques plafonds de pierre sculptés témoignent du talent exceptionnel des artistes de la Renaissance en Normandie et rendent hommage, dans une incroyable constellation d’armoiries polychromes, aux seigneurs qui administrèrent Tillières depuis le XIe siècle.

Le livre très documenté de Michel de Buffières, illustré par de superbes photos de Jean-Jacques Delarue, montre aussi comment la Normandie eut un rôle de précurseur dans l’architecture de la Renaissance mais aussi dans l’expression d’une ferveur mariale qui allait devenir un dogme.

L’ouvrage explique le lien entre l’art el la foi et raconte l’histoire d’un orgue électropneumatique du XIXe siècle, monumental, restauré en 2007 et installé dans l’église de Tillières-sur-Avre.

FG Editions 2015 – ISBN 978-2-906806-41-2

L'ouvrage est disponible chez Isabelle Anfray - l'Atelier à Verneuil-sur-Avre, et chez Marie Boutique à Tillières-sur-Avre.

Rectificatif - A la page 14, une modification est à apporter ; le grison n'est pas un grès, mais un conglomérat de silex et d'argile ferrugineuse, que l'on trouvait en plaques à environ 60 centimètres de profondeur lors du défrichement ou de labours. Il fut utilisé en masse du 11ème au 13ème siècle pour la construction.

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog